fbpx

Vous partagez votre corps avec votre bébé et un hôte puissant, le microbiote

Un organe virtuel multifonctionnel

 

Cet hôte a environ 3 fois plus de cellules que nous et possède des gènes 100 fois plus nombreux que ceux des êtres humains. Sa puissance découle de son impact sur notre cerveau, notre système digestif et notre système immunitaire. Quel est cet hôte mystérieux qui a une influence importante sur notre santé et celui de notre fœtus grandissant? C’est l’ensemble de bactéries que l’on nomme microbiote. En fait, dû à sa conversation constante avec les systèmes de notre corps, on peut l’appeler un organe virtuel.

 

Cet organe virtuel a sans doute plusieurs tâches à accomplir pour renforcer et protéger notre santé et celle de notre bébé en développement. Il utilise des fibres alimentaires qui ne sont pas digérées, produit des vitamines et participe à la production d’une barrière contre les microorganismes pathogènes.

 

 

Que se passe-t-il lorsque notre microbiote est en déséquilibre?

 Lorsque les pathogènes ou en d’autres mots les mauvaises bactéries prennent la place des bonnes bactéries dans notre microbiote, il y a un déséquilibre. La dysbiose est le terme utilisé pour caractériser ce manque d’harmonie dans notre microbiote. Les mauvaises bactéries qui se développent ne sont pas nécessairement nocives jusqu’au moment où elles surpassent la présence de bonnes bactéries. Ceci  peut causer de nombreux problèmes de santé. Un dysbiose pourrait être un facteur impliqué dans les allergies alimentaires, les polypes, les cancers du système digestif et les maladies inflammatoires intestinales.

 

 

Le microbiote change-t-il en grossesse ?

Une étude publiée dans la revue Cell  a démontré que la composition du microbiote intestinal changeait de manière dramatique durant la grossesse. En fait, au fur et à mesure que la grossesse des femmes étudiées avançait, la diversité de cette composition bactérienne diminuait. Cette diversité diminuée est apparemment une normalité dans une grossesse saine. Par contre,  si la diminution de cette diversité dérape, il peut y avoir un déséquilibre. Un microbiote dépourvu de bonnes bactéries en grossesse pourrait avoir un impact sur la santé de la future mère ainsi que sur son enfant.

 

Comment explique-t-on ce lien important entre le microbiote de la future maman ainsi que celui de son bébé en croissance? Pour commencer, il advient de la colonisation importante qui a lieu lors de l’accouchement par voie vaginale. Les bactéries colonisatrices vont permettre la maturation du système immunitaire du bébé.

 

De plus,  pour plusieurs années, on croyait que le milieu in utero était stérile. Par contre, les études récentes ont démontré que le méconium du nouveau-né n’est en effet pas stérile. Ceci nous révèle que le liquide amniotique dégluti par le fœtus contient des microorganismes. Le microbiote placentaire est donc en contact avec le fœtus tout au long de sa croissance in utero. Malgré le fait que plusieurs recherches n’ont pas encore été faites à ce sujet, la revue scientifique Medecines Sciences  à Paris a conclu que dans les cas extrêmes de dysbiose placentaire, des complications de grossesse ont été observées.  La naissance prématurée, la macrosomie fœtale et un risque élevé de pathologies telles que l’eczéma, l’asthme et les allergies chez les bébés sont les risques de complications remarquées.

 

Ceci étant dit, la santé de votre bébé dépendra de la santé de 100 000 milliards  petits microorganismes évoluant avec votre petit dans un ventre grandissant…

 

Les probiotiques et prébiotiques, une solution idéale !

 

Pour l’équilibre et le maintien de votre microbiote, il faut tout simplement optimiser la consommation de probiotique de manière hebdomadaire. La consommation de celle-ci peut être faite à travers des aliments tels que le kéfir, le lait cru et le fromage bleu. Puisque ces aliments sont souvent pasteurisés, il faudrait aussi optimiser la consommation de supplément  pour une fonction plus thérapeutique.  Les probiotiques sous forme de comprimés, les gélules et les boissons fermentées sont quelques exemples de suppléments.

 

En ce qui concerne les prébiotiques, elles servent de nourriture pour les probiotiques. Elles vont préparer le terrain pour une meilleure absorption des probiotiques. L’artichaut, les bananes et les grains entiers sont quelques exemples d’aliments qui en contiennent naturellement.

 

Comment la consommation des probiotiques affecte la grossesse et le postnatal?

  • Un taux glycémique plus équilibré et donc une super bonne nouvelle pour la prévention du diabète gestationnel.
  • Un système immunitaire plus tonifié (bonne nouvelle pour les futures mamans qui attrapent les virus hivernaux à tout bout de champ !)
  • La production des vitamines B et de la vitamine K.
  • Une meilleure digestion.
  • Moins de prise de poids en postnatal.
  • Un taux moins élevé d’incidence d’eczéma et d’allergies chez le nouveau-né.
  • La prise des probiotiques de souche Lactobacillus pourrait prévenir la mastite et les canaux obstrués durant l’allaitement.

 

Espérons que ces 100 000 milliards bactéries ne vous ont pas intimidés!  En fin de compte,  assurer leur diversité et leur équilibre en grossesse n’est pas une aussi lourde tâche qu’il ne parait. Ces hôtes ont une fonction beaucoup plus ardue, votre santé globale et celle de votre bébé grandissant!

 

Par Asma Falfoul

Assistante à la faculté École Naturopathe

Asma Falfoul
Plus de publications

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir d’autres articles sur  le Blog

Share This